Isabelle Schiper concentre dans ses dessins l'énergie de l'explosion et de la transformation. Univers flottants, rayonnements éblouissants, matière en expansion sont représentés trait par trait que l'artiste pose sur le papier avec une application soutenue. Cette lenteur du faire crée une tension forte et maîtrisée qui s'accompagne d'une ambiguïté dans la perception de la part du spectateur. Le regard hésite entre le rendu séduisant et ordonné des lignes, colorées ou sombres, et un sentiment de danger qui semble planer autour de cette perfection. L'artiste joue avec cette ambivalence pour restituer un message multiple qui oscille entre l'attrait et l'inquiétude, la stabilité et l'anthropisme. Chaque dessin constitue un univers en soi, cueilli à l'instant même de sa mutation et dégageant par là un potentiel énergétique cristallisé dans un instantané. Qu'il soit paysage étrange ou explosion, chaque dessin offre cette fragilité de l'éphémère que lui confère le traitement par lignes laissant une large part au blanc du papier, ce qui lui donne corps dans la composition. De la documentation glanée au fil de ses recherches au croquis qui précède chaque série, Isabelle Schiper avance pas à pas dans son travail qui doit s'apprivoiser avant de dévoiler ses secrets.

 

Nicole Kunz, février 2016

Isabelle Schiper: Etats (incertains) du monde

 

 

Isabelle Schiper, « restons groupés », du 13 juin au 16 septembre, galerie Kissthedesign, Lausanne.

 

La galerie Kissthedesign expose l’œuvre d’Isabelle Schiper pour la troisième fois. « Restons groupés » regroupe ses derniers dessins inédits ainsi qu’une sélection de ceux publiés dans « The Drawer vol. 6 » aux Presses du réel (2014). Les œuvres puisent dans le quotidien mais le supasse de manière critique par la richesse d’un imaginaire qui s’éloigne du calque pour en retenir ce qu’il a de diffus, précaire, fuyant, insaisissable. S’y retrouvent les thématiques chères à l’artiste qui  vit et travaille à Lausanne et à Vevey où elle enseigne les arts visuels à l’école supérieure des arts appliqués. Le regardeur découvre ce qui ailleurs demeure secret. Montagnes en lévitation, fumées, pièces industrielles, flots, implosions, chevelures créent des narrations intempestives morcelées faussement inachevées et conjuguées entre  rigueur et un certain délire. Il sort de la réalité ambiante pour mieux y revenir par des traits plus nus de n’être pas des sentences mais des avancées dont le résultat reste en suspens.

Le dessin s’empare des indices du monde tel qu’il est pour le prendre en traître plutôt que le flatter. Il sort de ses remparts et devient un théâtre d’élection comme de déjection en une mythologie faite de lumière claire ou souillée. Les traits et leurs écumes créent des ouvertures si bien que le réel semble essoré, dépecé et errant. Ses carapaces qui nous écrasent se retrouvent en suspension selon diverses incidences. Exempt de tout procédé le dessin avance avec une prudence ironique, un ménagement envers la réalité qu’Isabelle Schiper secoue en faiseuses de miracles (austères juste ce qu’il faut) ? Demeure un mélange de caresse et de violence qui ne va pas sans connivence et parfois tendre complicité là où surgissent quelques arpents de couleurs. Tout balance entre figuration et abstraction, ordre et chaos, paradis et enfer. Présence humaine et force de la nature se retrouvent en conflagration par floculations. « L’inachevé » appelle une totalité soit redoutable, soit à reconquérir avec des limites à garder entre l’ardeur des canicules et le vent froid des hivers rigoureux.

 

Jean-Paul Gavard-Perret.

juin 2014




Isabelle Schiper (geb. 1976 in Biel, lebt und arbeitet in Lausanne) erschafft mittels Bleistift und Buntstift hypnotisch wirkende Muster, die sich zu futuristischen Gebilden zusammenfügen. Manchmal explosiv, bedrohlich und doch fesselnd regen ihre leichten Graphitstriche den Betrachter dazu an, sich mit der Komposition näher zu beschäftigen, um sich ihrer Bedeutung bewusst zu werden. Die Grenzen bleiben jedoch bewusst verschwommen und mehrdeutig, um somit jegliche zu offensichtliche erzählerische Absicht zu vermeiden. 

 

Hauser gallery, September 2014

 




La galerie Kissthedesign a le plaisir de présenter l'exposition des nouveaux dessins de la jeune artiste lausannoise Isabelle Schiper *1976 du 30 mars au 9 juin 2012.

Isabelle Schiper, diplômée de l'ECAL en 2001, fait partie des artistes soutenus par la galerie Kissthedesign. La pratique artistique d'Isabelle Schiper s'oriente principalement vers le dessin, dont l'univers, aussi étrange que féerique est créé de toutes pièces sur la dualité et le contraste du contenu et de la forme, entre finesse du trait et couleurs psychédéliques.

Ses travaux sont peuplés de motifs hypnotiques et récurrents: montagnes flottantes, fissions de l’atome pop, fumée vénéneuse, usines ou cratères rejetant des substances à l’aspect chimique et malsain, maisons-fusées et autres objets flottant, crachant, volant, non identifiés. La démarche est ludique, poétique, parfois même cruelle et ironique, en effet, derrière les couleurs vives et les formes douces se dessine un monde en creux, plus inquiétant, que l’on aperçoit en s’approchant, mais dont l’énigme reste intacte

L'exposition fait également l’objet de la 11e Action Lausanne Contemporain, soutenue par la FLAC (Fondation Lausannoise pour l'Art Contemporain) et la Ville de Lausanne. Une édition limité de la lithographie d'Isabelle Schiper sera disponible au prix de 200 CHF

Vous êtes cordialement invité au vernissage qui aura lieu le jeudi 29 mars à 18h en présence de l'artiste. Lors du vernissage la FLAC remettra officiellement les 8 premières actions de 2011 au Fonds des arts plastiques de Lausanne

 

Laurent Delaloye, 2012